Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le blog de fredanik 1ers voyages de plusieurs mois : l'Afrique ! avant l'Amérique...

115 Trav. Afrique : bilan Namibie

Préambule. Ns avions déjà passé un mois en Namibie en 99 et ne voulions pas faire « La Namibie : le retour » ! Certains endroits ns paraissaient cependant incontournables (le Kaokoland, Spitzkoppe…) et ns y sommes retournés !

 

9n 403 tendresse zembaVoilà notre avant dernier pays traversé, et, tout doucement, il nous ramène vers la réalité de notre continent quand nous séjournons à Walvis Bay.

En fait, si tous les pays ont une différence de mentalité entre sud et nord, est et ouest, en Namibie, ces différences sont tellement marquées qu’il nous a semblé avoir traversé plusieurs pays. Le nord-est avec la Bande de Caprivi, coincée entre 4 pays différents, où nous trouverons plutôt la clandestinité, le chômage, le désœuvrement et ce qui va avec, délinquance et alcoolisme. Nous en avons fait les frais à l’entrée et à la sortie. Question paysages, parcs et nature, rien à redire, si ce n’est le taux d’humidité, les moustiques et les mouches tsétsé.

Puis il y a le nord, pas riche, où les habitants n’ont pas la vie facile mais très très égoïstement, pour nous, ce fut la liberté totale. Plus de camping mais des bivouacs, toujours l’occasion de visites. Mêmes s’ils sont éphémères, ces contacts avec la population des villages n’en restent pas moins sympathiques et souvent cocasses. 9n 407 petits himbas ds fauteuilCe sont surtout les jeunes qui viennent nous voir. Et n’oublions pas les paysages d’une beauté à couper le souffle, et les parcs animaliers avec une faune variée et nombreuse.

Puis il y a le sud de la « ligne rouge », la barrière sanitaire. Toutes les terres ont été partagées entre gros propriétaires, en majorité des blancs. Des parcelles de plusieurs km² où se trouvent animaux sauvages mais aussi des curiosités d’intérêt commun comme peintures et gravures rupestres, arbres fossilisés, météorites, forêts aux essences particulières… Pour pouvoir les visiter, il faut non seulement demander l’autorisation au propriétaire mais aussi soit payer, soit dormir dans les campings qu’ils n’ont pas manqué de créer. Cet état de fait nous énerve tellement que nous refusons de mettre un seul orteil chez eux. Nous avons conscience que nous ratons des contacts avec des gens qui, tout compte fait, peuvent être sympas, et ns ne verrons pas ces sites particuliers. Heureusement quelques-unes de ces merveilles sont restées, au moins en partie, dans le domaine public ou ds des camps communautaires, comme la forêt pétrifiée, la météorite de Hobba, le Spitzkoppe…

Pour ne pas ternir le tableau, nous ne parlerons pas des grilles aux entrées de nombreux commerces avec l’inscription « droit d’entrée réservé ». A Walvis Bay et Swakopmund où nous cherchons un bateau pour le retour du camping-car, rien à dire si ce n’est que vous vous trouvez dans des îlots européens en Namibie.

Le fait d’avoir le camping-car nous a évidemment un peu réduit notre champ d’action mais nous avons quand même vraiment bien profité de la Namibie du nord, celle qui nous fait vibrer. Pour le sud, derrière les grillages, barbelés et autres barrières électriques, nous avons été éblouis par ses merveilleux paysages.

Et les derniers chiffres : 7.000 euros pour remonter le ccar de Walvis Bay (ce qui ns fera aller à Capetown pour essayer de trouver – cher), un coût de la vie à peine moins élevé qu’en Europe ; par contre pas de visas et une faible taxe à payer pour circuler (23 euros) ; ns n’avons pas pris d’assurance… Nos papiers ont souvent été contrôlés, sans vraiment savoir si ns étions en règle… ! 34.000 Km parcourus...