Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de fredanik 1ers voyages de plusieurs mois : l'Afrique ! avant l'Amérique...

Turquie est

fredanik

0 00679 T Nemrut DagUrgup : des maisons creusées ds les falaises où seules les façades se dévoilent et rivalisent d’originalité…

 

Avanos, où ns ns faisons alpaguer par un sympathique rabatteur d’usine de tapis… Après 4 jours (5 nuits), la Cappadoce nous fait ses adieux : ns ns réveillons au milieu d’une soixantaine de montgolfières aux couleurs multiples et éclatantes qui décorent le ciel. Ns ns replongeons, le dimanche 23/5, ds la Turquie profonde, sans un seul touriste jusqu’au Nemrut Dagi ! Une longue journée de transfert vers l’est : Malatya, capitale des abricots – mais ils sont à peine mûrs ! Le volcan Erciyes, avec ses 98 volcans adventifs, domine les 980 000 habitants de Kayseri. Ns traversons sur 250 km vallées et  plateaux où sont posées des collines aux couleurs incroyables, rouge – vert – blanc , qui se côtoient, s’affrontent, se mélangent. Des cols jusqu’à 2.000m où ns prenons l’orage et la neige fondue : 4° ! alors que ns en aurons 34 le lendemain !

Ns décidons donc de faire (encore !) un détour de 200 km pour aller au Nemrut Dagi, un tumulus et des statues qui ont l’air exceptionnels… Ns traversons 2 chaînes de montagne et roulerons sur une route raide, étroite, défoncée par les travaux et les camions, pour finir par 900m de dénivelée qui ns amènent sur un plateau à 1930m d’altitude. Là se trouve un hôtel à côté duquel nous posons le ccar, mais alors, quelle récompense ! Après une montée de 200m à pied, ns découvrons, sous le tumulus, des tas de statues (rois Antioche et dieux représentés).Nous pensions être seuls, ce sera sans compter la grosse cinquantaine de touristes des hôtels montés avec leur guide par le chemin normal. Au coucher de soleil, les couleurs sont irréelles ! De retour au parking de l’hôtel, ns sommes invités à boire le thé avec l’employé de l’hôtel et du Parc : pas de clients ! et ils ns conseillent, même sans parler ni français ni anglais, un retour touristique qui ns allonge encore la route de 100km et qui ns fait passer par une piste vertigineuse qui n’est même pas indiquée sur la carte - 40 km en balcon à plusieurs centaines de mètres du fond de la vallée, avec de temps en temps des effondrements ou des chutes de blocs, heureusement jamais en même temps …2h à rouler en première, sensations assurées… Avant de partir, balade ds les blocs de calcaire, «maisons» de bergers transhumants, plein de fleurs dont la fameuse tulipe sauvage, emblème de la Turquie. Ici, dans une vallée de lauriers-roses, une forteresse (Eski Kahta) et un pont romain (Cendere) sur un affluent de l’Euphrate… Là d’autres statues et écritures vieilles de plusieurs siècles (Arsemia)… Là encore, un autre tumulus (Karakus), une nécropole romaine (Adiyaman)… tout cela ds des paysages très changeants… Les gens sur des ânes, les moissons à la main, même des extractions artisanales de pétrole !!!

Le mercredi 26, avant Elazig, ns ns arrêtons près d’un lac, à Kale. Fred demande au fermier de la dernière maison au bord du lac où ns pouvons dormir. Il ns indique une source et ns invite pour le thé… encore des moments inoubliables avec Ahmed et Soubida ! Le soir, Ahmed vient allumer le lampadaire près du ccar, boit le Nescafé avec ns, et ns fait comprendre qu’il est hors de question de ne pas partager leur petit déjeuner… A 7h, boum boum sur le ccar, Ahmed vient ns chercher : galettes maison, fromages, concombres, tomates, poivrons et autres spécialités non définissables accompagneront le «çai» (thé) !

Ns ne le répéterons jamais assez : les Turcs sont particulièrement accueillants et souriants. A partir d’Elazig, l’ambiance change… Les villes sont plus ternes, les femmes plus voilées, les militaires encore plus présents. Alors que ns apercevons au loin un camp de nomades, ns avons la surprise de voir un tank, canons braqués vers eux, qui semble les surveiller. A partir de là, toutes les buttes sont investies par des militaires et des tanks jalonnent la route – ns passerons même un barrage militaire…

Ns allons à Ilicalar ds un centre thermal : la piscine d’eau bouillante est vraiment trop chaude pour Fred ! Ns y passons la nuit du 27 et vendredi 28 matin, dernière étape pour le volcan Nemrut, au bord du lac de Van (à ne pas confondre avec tumulus et statues du Nemrut Dagi !). Ns retrouvons des ambiances albanaises : routes en mauvais état, villages + pauvres, vaches préférant le bitume à l’herbe des prairies humides ! Il a plu toute la journée mais ns montons quand même directement au volcan. De nouveau, retombant ds une zone touristique, les gens sont + décontract et recommencent à parler anglais. Pratique quand on cherche la route ou un camping… 

La route qui monte au volcan longe d’abord le télésiège qui a déraillé l’hiver dernier à cause du vent. A 2550m, ns atteignons la lèvre de la caldeira en franchissant des passages périlleux dus aux énormes avalanches. Le lac de cratère est magnifique, ns tentons de l’atteindre mais la pluie revenue en force ns fait craindre de nouveaux éboulements. Ns rebroussons chemin pour dormir en sécurité à 2528m. Le froid aura raison de nos projets : ns descendons dormir au bord du lac de Van. Heureusement car en début de nuit, un énorme orage éclatera. Le lendemain, le beau temps revenu, ns allons visiter la caldeira et ns garons au col, juste avant la première coulée de neige et ses ravines (la + délicate à franchir la veille). 6h1/2 de marche sur les nombreuses pistes qui sillonnent cette caldeira de 8km de diamètre. Enormes troupeaux et leurs bergers armés, lacs, coulées d’obsidienne, dômes de lave, sources d’eau chaude… De retour au ccar, ns ns rendons compte qu’avec la chaleur, la ravine s’est effondrée et pour les téméraires passés le matin, il faudra entailler les 4m de neige de la coulée pour retrouver la largeur permettant de passer en voiture… ns aurions mis des heures pour le ccar ! Ns ns installons à mi-pente, à la gare du télésiège pour dormir. 3 personnes avaient peut-être essayé de ns avertir car 1h + tard, un gigantesque orage de grêle s’abattait sur ns. Ns avons essayé de protéger lanterneaux et panneau solaire sous la poulie du télésiège mais sommes descendus lors d’une trêve, roulant sur plusieurs cm de grêlons, aveuglés par les éclairs !

Ce dimanche 30 mai, repos à Tatvan. Ns trouvons un petit « camping », emplacement à côté d’un restaurant au bord du lac (même pas de douches mais on a pu se brancher électriquement et on pourra faire le plein d’eau !). Nos projets : remonter au Nemrut, mais au sommet cette fois, et peut-être aller à Van mais en bus – on verra ! Ensuite, quelques jours sur la côte turque avant de passer, vers le 15 juin, en Syrie.

Commentaires

Evelyne 07/06/2010 12:10


Message précedent court ! je faisais un essai !

Je reçois bien vos messages ... bien besoin de voyager par l'image ...


coudoulet 07/06/2010 12:07


Bonjour ,


Patrick et Nadège 03/06/2010 12:17


Salut à vous deux !

Bonne continuation, nous pensons à vous

Patrick et Nadège


MANU ET MARY 31/05/2010 17:56


Bonjour les voyageurs!
Encore des photos qui nous font une nouvelle fois rêver... Vos journées sont riches et les rencontres merveilleuses, continuez et prenez en plein les yeux! En continuant à nous faire partager
virtuellement vos aventures!
Bises


goupil martine 30/05/2010 22:19


salut vous deux, bon on avance on avance, enfin vous plus que nous mais on vous suit de près et on se régale avec les photos sympas et animées de personnages, qui nous disent quelques petites
choses de vos rencontres, aussi éphémères soient-elles. espérons qu'en syrie il en sera de même. les turcs sont-ils vraiment si sympathiques? il y a sûrement des gens agréables partout dans le
monde, pas vrai. continuez-bien à bientôt martine du pays de la pluie, il n'y a pas de général de l'armée morte ici!! eh! j'ai un peu de retard avec l'albanie, mais chacun son rythme pas vrai?