Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de fredanik 1ers voyages de plusieurs mois : l'Afrique ! avant l'Amérique...

Ethiopie volcanique!!!

fredanik

7 506 Wenchi lac+ Les visites depuis Bahir Dar sont riches en émotion. Les monastères sur les îles du lac Tana, où notre embarcation avance sous le regard des hippopotames des sources du Nil Bleu, sont beaux. Mais en fait, pour des Béotiens comme ns, quand on en a vu un, on les a tous vus… En tout cas, si les peintures sont vives et naïves, elles représentent souvent des scènes violentes (gens décapités, torturés, brûlés… et pire encore !). La piste pour les chutes du Nil Bleu n’aurait pas plu du tout au ccar. Les gens, les troupeaux, la boue, et surtout les trous, semblent vouloir faire tomber en pièces le minibus qui ns transporte. Après le barrage, il reste env. 70% de l’eau du Nil Bleu pour alimenter les chutes : c’est déjà très impressionnant ! « L’eau qui fume » tombe ds un bruit assourdissant. Ns sommes vraiment à la bonne saison pour les voir ; il faut positiver et trouver LA raison d’être contents de cette pluie quasi incessante… Du coup, ns trouvons aussi refuge ds un de ces nombreux cafés qui proposent des jus de fruits frais multicolores, spécialités de Bahir Dar… A l’hôtel où ns campons, ns rencontrons un Ethiopien qui a vécu + de 10 ans en France, qui a fait un BTS tourisme et un tour d’Europe à vélo pour promouvoir l’Ethiopie. Il ns invite à manger chez lui, et à y mettre le ccar, mais depuis notre histoire de gaz, ns sommes méfiants et refusons son invitation : dommage…Le rêve de tous les voyageurs comme ns d’avoir des échanges profonds avec les populations rencontrées reste une illusion, surtout à cause des différences de culture, de vie, de langue…Et c’est plus souvent avec d’autres voyageurs qu’une relation s’instaure. Il n’en reste pas moins que, même fugaces, ns vivons des moments très forts et marquants avec les gens du pays.

Sur la route d’Addis Abeba, un crochet ns permet d’apercevoir de très gros tunnels de lave. Malheureusemt, un énorme orage de grêle ns empêche d’approfondir la visite…Il faut dire que, pour notre + grand plaisir, ns traversons, depuis notre entrée en Ethiopie, un paysage volcanique : les cônes et les cheminées volcaniques se succèdent, séparés par des coulées de lave.

1.200m de descente sur une route (japonaise) défoncée bien que nouvelle (mais le terrain volcanique n’est pas très stable…) et ns voilà, la nuit tombante, sur le nouveau pont qui enjambe le Nil Bleu. A sa sortie, un parking avec l’armée et après un premier refus de ns voir stationner, sur notre insistance (ns ne voulons pas rouler la nuit !), les militaires acceptent. Le matin, un gradé, non seulemt fait une visite amicale ds le ccar, arme au poing, mais lorsque Fred filme les gorges du Nil, il veut absolumt que Fred filme le pont, ce qui est strictemt interdit en Ethiopie : allez comprendre ! Les 1.500m de remontée de la rive gauche, en seconde, ns permettent d’admirer le paysage (contraste entre cette roche rouge et la végétation). Les villages et les cultures se blottissent sur la moindre terrasse. De nombreux camions, qui ont trop utilisé leurs freins, termineront ds le fossé, presque accrochés entre ciel et terre…

Après un premier passage à Addis Abeba, ns allons à Ambo voir le cratère du volcan Wenchi. 25 km de piste (encore une fois avec minibus et guides locaux), un bon millier de mètres de dénivelée pour gravir ce volcan bouclier, et ns arrivons aux portes du parc « écotouriste ». Le lac au fond est bleu et sa forme torturée abrite îles et églises. 3.000 personnes, réparties en 400 familles (faites le calcul !), vivent ds le cratère. Le chemin qui descend de la lèvre, interdit aux voitures (écotourisme oblige), ns fait rencontrer les troupeaux et leurs gardiens, voir les cultures et les faux bananiers accrochés aux flancs du volcan, et apercevoir de nombreux colobes.

Retour à Addis. C’est, depuis le début du voyage, la ville où c’est le + difficile de conduire sans accrochage, et surtout sans écraser les gens de cette marée humaine. Vendeurs, mendiants, marcheurs préoccupés, des gens qui dorment sur l’étroite bande de béton entre les voies de circulation, animaux… Tout ça au milieu des magasins qui vendent les plus grandes marques de matériel électroniques, de voitures, etc.

Ns sommes le 10 septembre, dernier jour de l’année éthiopienne et jour de l’aïd. Les musulmans convergent vers la grande mosquée et ces milliers de personnes, à pied ou en véhicules scandant des propagandes, ns font peur… C’est la cour des miracles qui suit : mendiants, handicapés, estropiés, aveugles… C’est en donnant une paire de lunettes à l’un d’eux que des dizaines de personnes sautent sur Fred, essayant de lui arracher le sac de lunettes, s’agrippant à sa veste… En désespoir de cause, il lâche le sac et… débrouillez-vs ! Par contre, beaucoup d’émotion quand il donne de petites peluches aux enfants. Une petite fille, qui regardait avec intensité un nounours que Fred tenait en mains, n’arrive pas à croire qu’il le lui donne. Une fois la certitude que la peluche est bien à elle, elle court vers sa maman pour lui montrer, tout en ne ns quittant pas du regard… C’est un petit rien, un tout petit rien, mais égoïstemt, le sourire de cette fillette, et des autres après, ns donne vraimt beaucoup d’émotion ! L’après-midi, ns voyons  un européen qui prend une photo du ccar : c’est Frédéric Graziana, un prof français qui vit depuis 10 ans en Ethiopie, et avec qui ns échangeons nos expériences.

La nuit, 0h30, ns sommes réveillés par les détonations d’un énorme feu d’artifice de + d’une demi-heure, un des + beaux de notre vie : peut-être déplacé au milieu de cette pauvreté… mais tout le monde a le droit de rêver…

Ce 11/9, premier jour de l’année 2003 (!), c’est au tour des chrétiens de parader.

Lundi 13, ns rencontrerons à nouveau le responsable de l’agence Bella Abyssinia avec laquelle ns irons fin octobre sur l’Erta Alé. Il doit ns aider à acheter nos pneus (enfin !) et à planifier les 6 semaines qu’il ns reste à passer en Ethiopie et à Djibouti.  

Commentaires

michel suplit ( le belge ) 16/10/2010 07:34


salut,je pense bien souvent à vous , vos images me font réver et me je me dis ,mais qu est ce qu on fiche ici.
alors , continuer de me faire rever en vivant votre reve.
A bientot


michel 15/09/2010 22:56


hello vous deux , un petit coucou pour que vous sachiez que je suis votre périple ,
ce qui me permet de rever tout en prenant de vos nouvelles.
a bientot , portez vous bien et faites gaffe.
Michel


anne 13/09/2010 16:39


Super ce voyage!!! vous nous faites rever...


fredanik 13/09/2010 16:55



c est qui, anne??? Laisse un message sur f.marce@free.fr ! merci