Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de fredanik 1ers voyages de plusieurs mois : l'Afrique ! avant l'Amérique...

Bilan Bénin-Burkina Faso

fredanik

30/11/15 L'idée de départ de ce voyage était la réalisation d'un plan topo du monastère de Péporiyakou. Après 16 jours d'un voyage fatigant de 8.000 km et plusieurs jours de relevé, ns voilà partis pour la découverte du Bénin. 2 jours au parc de la Pendjari avec le couple Gernez. Ns avons vu + de faune que ce à quoi ns ns attendions : gazelles à profusion, qlq phacochères, beaucoup d'oiseaux, des hippo, même un superbe lion !!! mais malheureusemt, aucun des 2.000 éléphants annoncés ! Une visite vers Boukoumbé, frontière Togo, où ns avons visité une coopérative où l'on traite de A à Z le fonio, petite céréale ; visite et explications de la vie locale au travers des "tatas sombas", constructions typiques du Togo avant tout ; baignades aux chutes de la Kota. L'heure du départ pour le sud a sonné ; un peu de goudron, beaucoup de pistes et des rencontres toutes + singulières les unes que les autres. Ds un habitat traditionnel de cases rondes en terre couvertes de chaume, ns serons les spectateurs des scènes de vie quotidienne et si naturelles pour les gens d'ici, scènes de vie qui ns semblent si irréelles, si difficiles, et pourtant si nécessaires. Les femmes avec du bois, de l'eau, des sacs sur la tête, toujours un bébé ds le dos, 2 ou 3 qui la suivent, chargés aussi, et déjà le ventre rond. Les femmes et les enfants à la fontaine, ds les champs, à la cuisine... Les sourires et les invitations sont monnaie courante et les contacts réduits à leur + simple expression à cause du barrage de la langue.

A Abomey, après une triste et violente rixe pour ne pas se faire voler caméra et appareil photo sous le faux prétexte que ns foulons au pied leurs croyances, ns abordons la côte ds le brouhaha et la marée des motos qui se déplacent à toute allure en faisant n'importe quoi. Un arrêt à Ouidah, lieu emblématique de l'esclavagisme, où un jeune guide ns fera l'historique de cette malheureuse époque. Grand-Popo, ds un camping au bord de l'océan. Les fameux rouleaux, qui ont fait tant de victimes ds les rangs des esclaves qui rejoignaient les vaisseaux, ns ont empêché de ns baigner. 2 jours ds la sympathique et accueillante famille d'Yvette ds la banlieue de Cotonou, avec une intrusion ds la capitale pas très propre, très encombrée et très chaude.

Remontée avec Yvette le long de la frontière du Nigéria, des pistes où même notre Toyota a du mal à passer. Les séquelles de la saison des pluies ont laissé des trous profonds remplis d'eau, que ns traversons sans savoir où ns mettons les roues... A plusieurs reprises, ns restons plantés, de l'eau jusqu'aux portières, et la boue profonde ns force à mettre ttes les possibilités que ns offre le Toy pour ns en sortir... Les ensembles de constructions que ns traversons sont + importants que ce que ns avons trouvé à la frontière du Togo. Les habitations bien moins belles, et les contacts + distants. Heureusemt qu'Yvette parle souvent leur langue. Ns sommes ds une zone à risques (Niger, Nigéria) et notre amie n'est pas rassurée sous la tente la nuit. Parc du W, un seul mot : MINABLE ! Pistes sans entretien, grandes zones à moitié brûlées, aucun animal... Ns laissons même une garniture du Toy sur les traces de roulement qui servent de pistes sur lesquelles ns passons sans voir où ns roulons...

Retour à Natitingou et ns retournons à Koussoukoingou pour faire une boucle qui ns ramènera à Nati. Ns y vivons des moments sympas quand on revoit Alice la couturière et que ns lui donnons une photo prise ds sa tata au 1er passage. Ns goûtons la (ou le) tchouk, bière de sorgho au goût de cidre, et rencontrons des gens hors du temps ds des cases isolées. Si ns devions (inenvisageable !!!!) ns installer au Bénin, la région de l'Atacora aurait notre préférence !

Burkina Faso. Tellemt semblable et en fait différent ! Au 1er regard, on pense que c'est + riche que le Bénin. Oui qd on reste sur les grands axes et ds les villes : on voit + de voitures, + de stations services, + de motos, et + de filles qui les conduisent. Les enfants sont mieux habillés... enfin, C + riche, quoi ! Mais qd vs prenez les pistes, votre perception change. Loin du tumulte des routes et des villes, même si les femmes et les enfants sont + sur les vélos pour transporter eau et bois, ns trouvons une population au moins aussi pauvre qu'au Bénin. Des enfants, beaucoup d'enfants, très mal habillés, si ce n'est nus, et sales. Les villages semblent + démunis. En fait, la différence essentielle entre Bénin et Burkina semble être une inégalité encore + marquée entre les gens. Bien sûr, comme souvent, si les gens des villages sont accueillants, souriants et aimables, les gens des villes, comme chez ns les nouveaux riches, sont parfois hautains et portent une sorte d'assurance qui ne leur va pas forcémt, surtout qd on voit l'état de saleté des endroits les + aisés. Question paysages, les zones de savane monotone sont entrecoupées de splendides zones de collines boisées. Dommage que les brûlis, comme au Bénin, viennent gâcher la nature. L'architecture, avec des ensembles de bâtiments par familles, tels des châteaux, est magnifique.

Le fait que ns soyons avant tout passés ds les campagnes ns laisse une très bonne impression de ce pays et reconnaissons que cette impression reste personnelle et superficielle du fait du peu de temps (1 semaine) que ns sommes restés au Burkina.

Bilan Bénin-Burkina Faso

Commentaires

Romane 21/03/2017 12:43

Merci pour ce partage, j'ai bien aimé lire le récit de votre aventure. Par contre, je crois qu'il faut de la pratique pour lire et écrire correctement le nom des endroits du pays, lol.

manu 30/11/2015 21:18

Ah! le Burkina...Nostalgie, nostalgie!!!

fredanik 07/01/2016 17:24

Oui, mais avec les problèmes politiques... Couvre-feu, frontières fermées, flics partout qui t'arrêtent et te fouillent... On a écourté, dommage... Bizzz